Thessalonique, dans les locaux d’une association de personnes atteintes de la maladie de Parkinson, nous rencontrons Ermioni Zervoudaki : elle avait 49 ans quand on lui a diagnostiqué cette pathologie. Aujourd’hui, elle fait partie des 35 patients qui se sont portés volontaires pour tester différents jeux vidéo conçus par une équipe de recherche dans le cadre du projet européen i-PROGNOSIS en vue de fournir de meilleurs traitements contre cette pathologie.

Ermioni Zervoudaki travaille toujours comme professeure d’allemand, mais la maladie a brusquement changé sa vie, explique-t-elle.

Read the full article in French here